Scooplive

C’est bien joli, de vouloir faire l’équivalent français de Gawker Stalker des sites US où les quidams envoient leurs photos (ou vidéos) de people croisés dans la rue, ou de faits-divers. Mais après avoir lu les petites lignes du site français Scooplive, j’ai de sérieux doutes. En envoyant vos photos, vous devez, en gros, certifier que vous avez obtenu l’accord pour diffusion des personnes représentées à l’image . S’il y a un pépin, c’est pour votre pomme.[Update: Scooplive, dans un commentaire de ce post, affirme que c’est au contraire un moyen de clarifier dès l’origine le statut des photos et de reporter la responsabilité sur le média qui les publie] Si, par chance, votre scoop intéresse un acheteur (presse, etc), Scooplive retient votre paiement pendant 60 jours, en attendant de voir s’il y a des complications juridiques. Comment font-ils, alors, aux Etats Unis? Là bas, il y a le « Freedom of information act », en béton armé. Ici, c’est plutôt le respect de la vie privée qui prime devant les tribunaux. Il y a quand même un petit créneaux pour les video-gags, genre souris qui attaque sauvagement un matou. Vous touchez 85% du prix négocié par Scooplive avec l’acheteur [Update: voir le commentaire de Matt, de Scooplive, ci-dessous]

2 Réponses to “Scooplive”

  1. Matt Says:

    Bonjour,

    Juste une précision, Scooplive est une entreprise très sérieuse qui protège ses sources.

    Si nous demandons au vendeur de préciser s’il a obtenu l’accord pour diffusion des personnes représentées, C’EST POUR LE PROTEGER.

    En effet, si un média achète ces photos, ce sera en toutes connaissances de causes, il assumera lui même d’avoir diffusé ces documents EN SACHANT QU’IL N’AVAIT PAS L’AUTORISATION DES PERSONNES. Les vendeurs seront donc protégés.

    Scooplive n’a aucun rapport avec Gawker Stalker, nous sommes plus proches d’une agence de presse dont les photographes sont des particuliers.

    Bien Cordialement.

    Matthieu/

  2. techbee Says:

    Objection notée et post amendé en conséquence. Avec, toujours, les mêmes doutes sur le statut juridique exact des « citizen photos », en l’absence actuelle de jurisprudence consistante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :